Rechercher
  • Remi

TEMOIGNAGE - PLUS FACILE DE DESSINER QUE D'ECRIRE

Mis à jour : janv. 24

Illustration @oursquipete (INSTAGRAM)

Aujourd'hui je ne vous partage pas n'importe quel témoignage puisqu'il s'agit de celui de Mehdi, l'illustrateur du blog. Je trouvais important qu'il puisse lui aussi s'exprimer sur ses motivations et son engagement vis à vis du JOURNAL POSITIF. Inutile de vous dire que je suis très touché par ses mots.

J'en profites pour te remercier publiquement pour tes merveilleux dessins qui vibrent, raisonnent et qui je trouve apportent une autre dimension à mes mots. <3



MEHDI, 29 ans, Paris


Il y a quelques jours Remi postait dans sa story Instagram une question à réponse libre : “Des sujets sur lesquels vous souhaiteriez que j’écrive?” Ce à quoi je n’ai bien évidemment pu m’empêcher de répondre « sur Moi ».

Le retour de Monsieur Journal positif ne s’est pas fait attendre et ce qu’il m’a écrit en plus d’être juste était tout à fait évident : “Alors non par contre ce qui serait intéressant c’est que tu écrives un texte qui explique pourquoi toi tu participes au projet du JP”

Ce message a résonné en moi. A part mon nom sur Instagram et mes dessins je ne me suis jamais exprimé sur la raison de cette collaboration. C’est l’exercice, loin de m’être familier, auquel je m’essaye à travers ce témoignage.

Au-delà d’être un ours qui pète, je m’appelle Mehdi j’ai 29 ans, je suis de Paris et y habite depuis toujours. Si on en croit Facebook et ses algorithmes Remi et moi sommes amis depuis novembre 2018 mais ce n’est pas tout à fait juste. J’ai connu Remi via notre chère Dame P. - dont il a été fait mention à plusieurs reprises dans le blog - qui était encore sur Paris à l’époque.

Elle me parlait beaucoup de Remi et vice et versa (enfin je crois). En 2018 Nous avons donc initié notre amitié d’une façon épistolaire 2.0 grâce aux divers médias que nous utilisons et connaissons si bien, construisant ainsi le cocon de notre relation. La seconde étape qui a permis à notre chrysalide de se transformer en joli papillon (dédicace à Mille et une pattes) a eu lieu à Bordeaux début Septembre 2018.

Remi et moi nous sommes vraiment vu lors d’un week-end où je rendais visite à mon couple bordelais de référence de l’époque, P & A.

À mon arrivée en gare de Bordeaux un convoi de choc m’attendait pour passer une journée au bassin d’Arcachon. Ce détail a son importance, j’étais à l’arrière de la voiture, Remi était devant moi et comme un film dont on veut faire le teasing je n’ai pu échanger dans un premier temps qu’avec sa nuque.

Puis nous sommes arrivés, et nous sommes finalement fait face. Tout était naturel comme si nous étions de vieux potes. Nos échanges par médias ainsi que les descriptions de P. concernant Remi étaient tellement proche de la réalité que tout entre nous était fluide. Comme si je connaissais déjà son faux air de princesse qui lui va si bien. Son rire à gorge déployé. Son côté bitchy, sa malchance et maladresse. Pour l’anecdote nous étions en terrasse pour déjeuner et forcément un oiseau a eu l’envie de se soulager en passant au dessus de notre cher ami. Engendrant un cris des plus aigus, à faire rougir Mariah Carey. Suivi par une tétanie habillée d’un visage horrifié en attendant qu’on lui nettoie l’excrément.

Il s’agit de Remi, l’histoire ne s’arrête donc pas la. Quelques minutes après, remis des émotions causées par l’oiseau volant non identifié, une notification Grindr s’affiche sur le cellulaire de notre ami : Un message d’un utilisateur lui racontant qu’il avait assisté à l’attaque fécale et que ça l’avait bien fait rire.

Cette anecdote pour vous dire que Remi est ce genre de personne avec qui j’ai tout de suite accroché, et que j’ai l’impression de connaître depuis toujours (Oui ça fait cucu).

Cette dernière étape donc de notre rencontre nous a vraiment rapproché. Nous avons ensuite parlé de nos vies plus en détail,

de nos envies, nos projets, nos luttes, nos craintes, nos faiblesses, en bref, un véritable échange.

Vous savez comme moi le déclic qui a mené à la concrétisation du projet “Journal Positif”.

Il me reste à vous expliquer ce qui fait qu’au delà de notre relation et amitié j’ai voulu me joindre à lui dans cette aventure.

L’homosexualité est présente depuis toujours dans ma vie. Je ne me suis pas réveillé un jour en demandant à mes parents pourquoi est-ce que deux hommes se tenaient par la main par exemple. En effet, que ce soit dans ma famille, dans mon entourage, ou de proches avec qui j’ai grandi il n’y a jamais eu de jugement ou de stigmatisation faite en fonction de l’attirance sexuelle.

On aime qui on veut et c’est comme ça.

Ce n’est que plus tard que j’ai découvert l’homophobie. Étant hétérosexuel, j’étais à mille lieux de me douter que ce pouvait être si destructeur. Moi qui galèrais avec les filles et était obsédé par le fait de me trouver “une copine” je ne me rendais pas compte de ce que pouvait endurer une personne homosexuelle jusqu’à ce que des amis viennent me parler de leurs difficultés à faire leur coming out ou encore à gérer leur homosexualité à cause des stigmatisations familiales, sociétales et/ou professionnelles qu’ils subissaient.

Et plus encore pour ceux qui sont séropositifs. Je ne rentrerai pas dans les détails de ce que l’on m’a raconté mais l’homophobie et la sérophobie isolent et font réellement du mal. En tant qu’hétérosexuel je veux et je me dois de montrer mon soutient et d’apporter mon aide aux personnes qui en souffrent

J’ai souffert très jeune du délit de faciès. Et j’ai réussi à en faire une force, en m’efforçant à montrer que peu importe l’apparence que l’on a ce qui compte c’est ce que l’on est.

Je suis pas mal tatoué et cela ne me m’empêche pas d’avoir un poste avec de certaines responsabilités.

Je fais de la boxe mais je sais être à l’écoute de mes proches.

Je suis d’origine Réunionnaise et Algérienne mais les seules fois où j’allume un feu c’est pour faire griller des légumes et du poulet sur un barbecue.

C’est cette ligne directrice que je suis et je veux aider mon prochain comme je le peux. J’ai de la chance de pouvoir gribouiller et le projet de Remi me touche énormément, c’est pour quoi je me suis tout de suite proposé pour illustrer ses récits poignants.

Je veux être acteur du changement et le supporter de toute mes forces avec mes feutres !!

Mehdi

243 vues