Rechercher
  • Remi

9 - COMING OUT

Mis à jour : mai 3


Illustration @mehdi_ange_r (INSTAGRAM)

Avant la création du blog JOURNAL POSITIF, mes amis proches et ma famille étaient au courant de ma séropositivité, ce qui m’a bien évidemment permis d’avancer et je tiens à les remercier de la force qu’ils ont su me donner. Mais quand bien même j’étais entouré, un véritable manque me rongeait. J’ai longtemps été incapable de savoir quoi.

Un jour j’ai eu une conversation sur une application de rencontre avec un garçon, et puis on s’est parlé de nos séropositivités respectives. On a même eu envie de s’appeler parce que l’un comme l’autre vivions dans l’isolement sans nous en rendre compte. C’est fou de se savoir compris et entendu par une personne que finalement on ne connaît pas. Ça m’a fait un bien incroyable de discuter avec lui.

Peu de temps après j’ai fait la rencontre d’une jeune femme, M, via une de mes meilleures amies (vous suivez ?). Nous avons beaucoup parlé pour tenter de nous découvrir et puis naturellement nous en sommes venus à aborder nos situations amoureuses respectives. « Et toi, tu as quelqu’un ? »

M m’a raconté un peu son parcours, sa maladie (qui n’est pas liée au VIH) qui, tout comme la mienne, ne se voit pas forcément. Ce qui m’a frappé dans notre échange, ce sont les similitudes de rejets auxquelles elle aussi est confrontée lorsqu’elle se confie. Je vous avoue que j’ai été bouleversé par son témoignage car je me suis senti tout de suite connecté à elle.

Qu’est-ce qui nous rapprochait finalement ? Notre souffrance probablement et surtout une envie de vivre encore plus forte.

C’est terrible mais même si j’ai eu l’entourage le plus merveilleux qui soit, ce que je cherchais depuis tout ce temps, c’était une personne comme moi, qui me ressemble, tout simplement parce que cela fait du bien de se sentir totalement compris sans même avoir à parler. M m’envoyait un message fort. « Il faut vivre intensément et aimer. » Elle ne l’a peut-être pas dit mais c’est ce que moi j’ai entendu.

Au tout début de l’infection, mon médecin m’avait conseillé de parler à un psy, si jamais… Je n’en ai pas ressenti le besoin. Je suis allé voir l’association AIDES avec mon meilleur ami, j’avais envie de me rendre utile, même si je ne savais pas comment.

Je faisais les choses à l’envers. Je ne comprenais pas que si je voulais aider les autres, il allait d’abord falloir que j’accepte tout ce qui se passait, que le chemin serait long et qu’un jour peut-être j’aurai la force de venir en aide à celleux qui en ont besoin.

J’ai lancé ce blog tout simplement parce que si j’étais tombé sur ce genre de témoignages il y a dix ans, j’aurais peut-être mieux accepté ma séropositivité.

J’ai eu énormément de messages depuis trois semaines. Je n’ai eu aucun message négatif.

Des séropos m’ont remercié de prendre la parole alors qu’elleux n’y arrivaient pas. Un garçon m’a écrit que j’allais contribuer à changer le monde. Un autre qu’il était admiratif. Un autre qu’il avait appris des choses en me lisant… Des personnes séronégatives m’ont dit qu’elles avaient l’impression de découvrir ce qu’était « vivre avec le VIH en 2018 ».

Je ne vais pas vous mentir, je suis très mal à l’aise lorsque l’on me dit que l’on m’admire ou que je suis fort et courageux. Je n’ai pas lancé le JOURNAL POSITIF pour recevoir tout cet amour, je l’ai lancé pour que les personnes comme moi se sentent moins isolées et pour éclairer les gens sur le VIH et ma réalité. Néanmoins j’accepte avec plaisir toute la bienveillance que vous m’offrez.

Dans l’imaginaire collectif, le VIH est encore synonyme de “mort”. Cela est encore le cas malheureusement lorsqu’une personne n’est pas dépistée à temps, mais pour tou•te•s les autres, celleux qui portent le VIH qui sont suivi•e•s par un médecin et qui prennent un traitement, la vie ne s’arrête pas, et les rêves non plus.

Si vous saviez tout ce que j’ai vécu depuis dix ans, je peux vous assurer que rien n’est impossible. Au début oui, je me suis dit « ma vie est foutue », et j’ai bien compris que c’était tout le contraire.

Ma vie là, depuis que je suis atteint du VIH, je ne l’échangerais avec personne.

Des moments tragiques nous en vivons tou•te•s. Ce qui est important, c’est de transformer nos douleurs en force.

J’ai donné deux interviews cette semaine. Une pour un jeune étudiant en journalisme et une autre pour TÊTU. J’ai eu très peur de ne pas être à la hauteur du message que je souhaite porter. C’est un exercice compliqué de se dévoiler à un inconnu face à une caméra ou un micro.

En revanche, je n’ai plus peur de montrer mon visage, de faire entendre ma voix. Voilà ce que je ressens aujourd’hui. Je suis soulagé de ne plus avoir à chuchoter quand je parle de VIH en terrasse de café, je suis soulagé de me dire que je n’aurai plus à avoir peur d’annoncer que je suis séropo. C’est un choix qui m’appartient et j’ai pleinement conscience que certaines personnes ne comprennent pas et pensent que je “m’exhibe”.

Sachez seulement une chose : je ne le fais pas que pour moi, c’est aussi pour vous.

Si nous continuons de nous taire, peu importe la cause que l’on défend finalement, nous ne ferons pas progresser les mentalités. En écrivant, en racontant mon histoire, je n’aspire qu’à cela.

370 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

29 - TEMOIGNAGE - Camille

Je vous partage aujourd'hui le récit de l'une des personnes que j'ai la chance d'avoir dans ma vie, le but étant de montrer qu'être séropo à forcément un impact sur l'entourage de celles et ceux qui l